J'te tape, ou...? (pv. Wrath)
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 17/05/2017
Espèce : Demi-Fantôme
Neutral

Ven 19 Mai - 18:03
Comme d’habitude, tu ne pouvais pas dire que tu avais passé une journée exceptionnelle. Tu n’avais pas un boulot extra ni des collègues que tu  arrivais à peine à supporter. Heureusement que tu avais une paie parce que sinon, ça aurait été bien plus difficile à vivre. Tu ne savais rien faire d’autres pour le moment donc tu te contentais de ce boulot-ci. Au moins le patron, même si il savait que tu avais un caractère à la con, il ne te virait pas parce qu’il savait que tu bossais et que contrairement à d’autre,s tu glandais pas la plupart du temps. Quand tu étais au travail curieusement tu n’arrivais pas à faire de break ou trouver un temps pour te reposer à pars aux vraies pause. Tu voulais toujours bouger et faire quelque chose pour pas rester là à rien faire. Mais lorsque tu terminais ENFIN, tu te sentais lessiver et tu avais bien envie d’une bonne bière ou aller t’enrouler dans ta couette. Cela dépendais de tes journées… Après le boulot, cette fois-ci tu ne savais pas trop quoi faire. Tu ne te sentais pas autant fatigué que d’autres jours. Tu regardais blasé les touristes qui se promenaient près des monuments tandis que toi tu ne voyais pas ce qu’ils avaient de spéciaux. Et puis, étant de Paris, tu les avaient vu des milliers de fois alors au final tu t’en foutais maintenant.

Peut-être que tu allais boire un coup avant de revenir chez toi… Tu n’avais pas de grandes idées en règle générale alors là, c’était le trou noir dans ta tête. Tu allais dans le parc à côté du Louvres, ne trouvant rien d’autres d’intéressant à faire. Du moins, quand tu te mis à regarder les gens sans savoir quoi faire d’autres, ton regard s’arrêtait cependant sur quelqu’un qui te perturbais. Au début tu pensais que c’était une bête ressemblance mais plus tu le regardais, plus tu le reconnaissais. Ce visage, même si cela faisait un bout que tu ne l’avais pas vu, tu n’oubliais pas facilement les gens que tu avais apprécié –ils sont pas tellement nombreux d’ailleurs-. Cela te surprenais de le voir ici, et aussitôt, tu ressentais une profonde colère t’envahir. Les sourcils froncés, tu serrais les poings avant de te diriger vers lui d’un air sûr et assez rapide. D’une seule traite, tu devins transparent quelques secondes le temps de traverser le brun et ainsi être soudainement devant lui avec ta tête de vénère de d’habitude. Enfin, presque, vu que tu l’étais en plus.

« TOI LA, ENCULÉ !! »

Toi et tes doux mots… Tu l’arrêtais de ta main une fois le corps consistant et le fusillait du regard. Cela faisait un bail qu’il n’avait pas donné de ses nouvelles et tu ne savais même pas qu’il était ici. Et depuis quand d’ailleurs ?!

« Qu’est-ce que tu fais là, j’allais attendre combien de temps pour savoir ce que tu devenais, des milliers d’années ?! » continuais-tu sous ton éternel ton agressif bien que c’était un tout autre ton, légèrement changeant, mais y’avait quand même une différence. « Donne moi UNE raison pour pas que je te foute mon pied dans ton cul ! »

Au final tu ne pensais à rien d’autres qu’à ça, mais pas aux petites variantes. Il allait certainement te recadrer en disant des réponses évidentes mais tu n’y pensais pas vraiment pour le coup. Tapant frénétiquement du pied sur le sol en attendant une réponse, tu avais vraiment l’air d’une furie à cet instant. Tu crois même que certaines personnes se demandaient si il allait y avoir une baston ou autre... Bien entendu, tu n’étais pas assez con pour le frapper –et tu n’en avais pas envie- mais c’est vrai que le voir comme ça tranquillou alors que ça fait des années que tu espérais le revoir un peu… C’était un peu du foutage de gueule à tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 09/05/2017
Espèce : démon
Neutral

Lun 22 Mai - 22:47
#fight?
Wrath il est posé, il fait rien, pour changer vous m’direz. C’est vrai qu’il fait jamais rien de ses journées, doit-on vraiment en débattre pendant des heures ? Sur le fait que c’est un glandeur de première, qu’il passe ses journées à rien faire en se disant mille et une fois qu’il s’ennuie alors qu’il pourrait aller à la fac. Ouais, irrécupérable vous me direz, pas besoin de le dire à voix basse, il est vraiment irrécupérable. A préférer s’ennuyer ferme et se griller les neurones avec la fumée au lieu de les entretenir. Ouais c’est con, c’est débile, il est pas con et apprend vite, il peut largement avoir son diplôme c’est con, il sait qu’il a juste à se poser quelques heures avec ses livres de cours pour rattraper le temps gâché en tabac et boulette mais c’est alors que la flemme prend le dessus et qu’il est impossible de faire marche arrière alors qu’il s’en roule un autre lasse de sa propre paresse.

Et aujourd’hui est un jour comme les autres, ça ne fait rien, comme d’habitude. Après, ça peut se comprendre, c’est un rythme effréné que de ne rien faire de ses journées, ça doit être bien fatiguant, tellement qu’il n’en dort presque pas, amassant paqués sur paqués sous ses yeux soulignant encore plus son regard noir profond, abyssal. Abyssal car trop dopé pour être aussi clair qu’une âme non corrompue d’ange. Car trop mauvais pour être aussi pure que de l’eau de source.
Wrath il glande tout le temps, dès qu’il le peut. Pourtant aujourd’hui il a décidé le matin même de bouger son petit cul de bellâtre endormi pour profiter de l’offre gratuite pour les moins de vingt-cinq ans que proposait le musée du Louvres. Alors oui, ce matin il s’est bougé et est allé se mêlé à la horde de noiches toujours présent dans ce mythique bâtiment. Après avoir sonné une bonne vingtaine de fois aux portiques automatique Vigipirate il a réussi à squatter bien deux heures les toilettes pour faire un réapprovisionnement de savon et d’eau avant de vagabonder au hasard dans le Louvres en évitant de préférence les endroits trop bondés –même pas la peine d’essayer de tenter la salle où se tient la Joconde.

Et il se retrouvait maintenant posé dans un parc, ouais il aimait bien ces journées tranquilles où il n’avait pas besoin de parler forcement, juste à soi-même dans ces moment-là lui suffisait. M’enfin bon, dans les films, c’est toujours dans ces moments calmes et sans prise de tête qu’un gars vient toujours tout casser non ? Et en bon héro de sa propre vie, le destin ayant mis sans doute sa pincée de sel, on vint l’accoster. Messire, c’est bien à vous que je parle : ça sonnait si bien à ses oreilles.

Y’a pas à dire, il était dans un bon jour. Ouais, il venait à l’instant de se faire traverser par un fantôme, et ô qui sait combien de fantôme il connaissait habitant à Paris. Autant avouer : pas beaucoup. Alors ses mèches blondes et son regard courroucé ne pouvait laisser place au doute. Oui, en face de lui se trouvait un vestige du passé. Doux frisson passant le long de sa colonne vertébrale. Petit rictus qui se colle au visage sans qu’il ne s’en aperçoit alors que le blond l’engueule.

« Le doux son de ta voix m’avait manqué ahah ! »


Les yeux pétillants, ça, Wrath les avait, impossible pour lui de cacher la surprise et la joie de retrouver un si vieil ami.

« PUTAIN COMMENT TU M’AS MANQUE ! il le prenait déjà dans ses bras sans tarder : Tu peux pas m’frapper si j’te serre fort fooort ! il le prend sous son bras pour lui passer la main dans ses cheveux platines ; Mais t’aurais pas encore grandis d’puis la dernière fois ? J’crois t’en faisais soixante-neuf la dernière fois que j’t’ai vu. »

Il relâche le cou du blondinet avant de mettre ses mains sur les épaules du moucheron.

« Ouais, ça fait trois ans que j’suis ici, m’en veux pas p’tite teigne j’aurai pu t’appeler un paquet d’fois mais j’ai eu la foi, ou j’sais pas, j’ai tellement d’truc à te raconter en fait. D’ailleurs c’est grâce à toi si j’ai pas galérer à apprendre l’français. Mais qu’est-ce que tu deviens toi ? Va falloir qu’on rattrape le temps mon pote, j’ai des p’tites économies là c’ma tournée pour me faire pardonner d’pas t’avoir contacté plus tôt ! »

Il espérait qu’il se calmerait avec ça.

_________________
amour sur vous:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 17/05/2017
Espèce : Demi-Fantôme
Neutral

Mar 23 Mai - 16:28
Ok.

Tu n’avais rien pu lui dire de plus étant donné qu’il avait eut une réaction assez vive une fois qu’il avait compris que c’était toi. Tu ne savais pas si c’était sarcastique ou non sa première phrase mais tu n’avais pas le temps de dire quoi que ce soit d’autres qu’il te dit toute une scène qui te perturbais vraiment beaucoup. C’est vrai que tu n’étais pas habitué à que quelqu’un t’accueille comme ça alors que tu venais de lui parler comme un chien mais d’un autre côté, au fond de toi tu étais rassuré de voir qu’il ne t’avais pas oublié et qu’il était surtout content de te voir. Parce que normalement, pas grand monde est content de te recroiser, toi et ta grande gueule. On cherche plutôt à t’éviter, et c’est pas ce qu’il faisait au début avant que tu ne le retrouve ? Tu étais toujours entrain de te poser ce genre de questions sans penser au positif. Il fallait toujours que tu pense au mal avant et que l’on te prouve le contraire. Tu n’arrivais pas à en placer une seule de phrase, il te prenais dans ses bras, te décoiffais, et tu avais beau bouger dans tout les sens, rien n’y faisait. Non tu n’avais pas beaucoup grandit depuis, voir pas du tout, tu étais resté à une taille que tu détestais réellement et tu n’aimais toujours pas que l’on te le fasse remarquer.

Puis enfin il arrêtait de te secouer dans tout les sens, il plaçait ses mains sur tes épaules avant de commencer un monologue dont surtout des explications. TROIS PUTAIN D’ANNEE ? C’est ce que tu pensais dans ta tête très fortement, cela brûlait tes lèvres. Tu lui en voulais toujours autant et cela se voyait sur ton visage fermé. Tu ne pouvais pas non plus l’envoyer chier mais tu étais en colère, toujours de cette dites séparation que tu n’avais pas compris à l’époque. Puis tranquillement il te proposais d’aller boire des coups pour pouvoir en discuter et de se faire pardonner. Un nerf sur ta tempe, tu serrais les dents en le fusillant du regard, serrant les poings en te retenant de ne pas le frapper. Malgré tout, tu étais bien content qu’il soit là, tu te sentais d’un coup moins seul dans cette ville.

« Non mais je rêve tu veux m’acheter avec de la binouse pour me faire oublier ça pas vrai ??!! J’espère que tu as de bonnes économies parce qu’il m’en faudra beaucoup tch ! »

D’un côté tu ne pouvais évidemment pas dire non à cette offre mais bon. Tu ne savais plus sur quel pied danser avec tout ce qu’il venait de te dire et tu étais curieux de tout savoir de ces trois années qu’il a passées ici. Il avait certainement de bonnes excuses pour ne pas avoir pensé à te contacter. Tu croisais les bras en soupirant longuement, te détachant de son emprise. Tu résistais encore un peu, restant bien grognon comme tu savais le faire. Mais tu savais très bien que tu allais finir par te détendre avec lui étant donné que c’était l’une des seules personnes que tu réussissais à supporter. Il avait de la chance que pour toi il était un bon pote, qui avait réussis à te faire oublier des vacances à chier avec ta pseudo famille.

« Et la prochaine fois que tu me parle de ma taille, là tu peux être sûr que je te tape. » Lui disais-tu en soupirant. « Et bien, je pense que tu auras aussi à choisir le lieu, je pense qu’en trois ans de temps tu as pu en voir des bars non ? »

Bon, tu commençais à doucement taquiner, même si dans le ton de ta voix, cela ne se remarquait pas encore beaucoup si on ne te connaissais pas.

_________________


credits dessin/avatars x ricky & guegue d'amours ♥

amour:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 09/05/2017
Espèce : démon
Neutral

Jeu 8 Juin - 13:47
#fight?
Wrath il s’en fout là, il est juste content de revoir son bon vieux pote. Il sait qu’il va se faire démonter mais tant pis, il assume. Parce que c’est vrai après tout, qu’est-ce qui l’avait empêché de le voir ? ? Il recherchait dans sa mémoire pourquoi ils ne s’étaient pas retrouvés plus tôt mais impossible de se souvenir. C’était comme un gros black-out sur trois années. Et c’est dans ce genre de moment-là qu’il se dit toujours qu’il faut qu’il fasse une petite pause sur les drogues.
Alors ouais, il comprenait que le blond soit boudeur voire carrément vénère. M’enfin bon, c’était du passé maintenant, non ?
Fallait passer à autre chose, non ? Rattraper le temps perdu, aller boire un vers en parlant du passé avec nostalgie, c’était pas ça que faisait les bons vieux copains qui se sont pas vus depuis belle lurette ? Alors il espère qu’Hayden est plus une tête brulée, moins. Et sa réponse en dit long sur le genre de spécimen qu’il est devenu, ou qu’il a toujours été à voir.

Wrath il a eu un peu peur de l’expression d’Hayden, les yeux plissés, il s’est mis de côté, prêt à recevoir une baigne. Les mains pour montrer son innocence il s’écrit :

« S’tu m’frappes j’tendrai l’autre joue ! »

Puis il lâche un rire nerveux, certaines fois, il disait des choses avant d’y avoir réfléchie et il s’insultait ensuite psychologiquement pendant plusieurs longues secondes. Phrase so 2008 mon bro. Ah bah oui, ça le savait très bien, mais c’était sorti trop vite et maintenant ça se trouvait tout à coup très con.
Parce que oui, là, au milieu du parc, il avait bien l’air con.

« Euh, ouais, t’inquiète, j’ai des économies hum… »

Enfin. Pour avoir des économies, il faut un compte bancaire. Et aux dernières nouvelles, c’était vraiment peu probable qu’il en avait un. Il part déjà à tâtons au niveau de ses poches commençant rapidement une petite fouille corporelle à la recherche de sous. Gling gling. Son sourire s’illumine une fraction de seconde à l’idée d’avoir des sous au niveau de la poche arrière de son vieux jean mais déchante lorsqu’il se dit qu’avec deux euros, y’a certainement pas assez pour deux bières.

« Ouais… Ouais t’inquiète ! J’ai de bonnes relations avec la patronne d’un des bars pas loin d’ici, elle nous f’ra une ristourne ! »

Et, jamais il n’y eu autant d’espoir dans ses paroles qu’à ce moment-là.

« Et la prochaine fois que tu me parle de ma taille, là tu peux être sûr que je te tape. Et bien, je pense que tu auras aussi à choisir le lieu, je pense qu’en trois ans de temps tu as pu en voir des bars non ? »

Toujours aussi susceptible, pense-t-il. Il rit doucement, d’un rire ironique.

« T’inquièèèèète j’te taquinais et t’en fait pas pour c’qui est du bar, suit le maître il va t’emmener au palais d’la bière ! »

Il emboîte alors le pas en s’assurant que le blond le suit bien, pas question de le reperdre de vue une seconde fois, qui sait combien d’année il faudra attendre avant de le retrouver.

« C’est à cinq minutes d’ici, mais dis-moi, t’es retourné combien de fois là-bas depuis mon départ ? T’as vu ma mère ? Elle va bien ? »

Spoiler:
 

_________________
amour sur vous:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» F.T. de Tiger D. Wrath
» J'm'en tape (Ft. Curt, Hank, Leo, Léa, Kym, Aed )
» ~° Je m'en tape le coquillard !
» Si tu joues à L5r tape dans tes mains
» Première étape vers la fortune [solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-