runnin' toward the fire x eve
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 29/05/2017
Espèce : Humain
Anti-demis

Jeu 1 Juin - 16:37






avoid the devil

Il ne voulait pas venir. Il n'allait pas venir. Pas cette fois. Il allait lui dire. Il allait lui dire papa, je veux pas. Il allait affronter son ton, il allait se sentir tout petit, il allait peut-être se faire insulter. Il allait sûrement le décevoir.

(d'accord j'arrive, papa)

Parce que c'était toujours plus facile de baisser la tête que de hausser le ton. Il avait accepté, comme toutes les autres fois. Et il se sentait lâche et faible, ça ne changeait pas. Son père tirait sur la corde et lui le suivait toujours, toujours.

Comme un petit,
chien.

Oh qu'il est fier le père, oh qu'il est content. Son fils est pur, son fils est parfait. Il faut le polir, le montrer, l'exhiber. Regardez-le, regardez-moi.

Montrer aux autres que tu es le
meilleur.

Qu'importe qu'ils soient humains ou demis. Riches ou pauvres. Blancs ou noirs. Tu vaux plus qu'eux. Tu le sais.

(tu m'épuises, papa)

Et il pousse la porte, visage déjà las de cette rencontre involontaire. Il ne jette pas un regard, pas un sourire à cette chose derrière le comptoir. Elle n'en vaut pas la peine, elle ne le mérite pas, qu'il aurait dit. Et il s'avance d'un pas mesuré, ouvrant la porte du cabinet pour y découvrir une salle vide.

Son cœur s'accéléra.

Ce n'était pas de la peur, juste une écœurante surprise. Comme celle d'un enfant qui se retrouve seul le soir. Sans repère. Son visage se renfrogna, et un soupire s'échappa de ses lèvres, trahissant son agacement. Il sortit son portable instinctivement - pour ne pas devoir lui parler. Pour ne pas parler, à elle.

Et il n'ose pas se retourner, n'ose pas l'affronter. Il sent sa présence, et cela lui suffit amplement. Sauf qu'à l'autre bout du fil, il ne répond pas.

(pourquoi tu me fais ça, papa)

Il essaie, encore et encore
encore
et encore.

Et s'arrêta enfin.

▬ ...

Il avala sa salive avant de se retourner, remettant ses mains dans ses poches - ne pas croiser son regard. Il s'avança vers la chose, ne regardant que le comptoir ou le mur. Fuyant, distant.

▬ Tu sais où ils sont ?

Parce que les choses n'ont pas le droit au respect, il n'allait pas se montrer poli. Parce qu'en tant qu'être inférieur, elle n'a rien à redire.

Parce qu'elle doit juste,
s'écraser.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 29
Date d'inscription : 25/05/2017
Emploi/loisirs : secrétaire dans un cabinet de notaire.
Espèce : démon
Pro-demis

Ven 2 Juin - 0:05
quatre dossiers. deux enveloppes encore fermées. cinq stylos. et dix fois au moins déjà qu'elle les réarrangeait, feignait être très occupée. ca n'était pas le téléphone qui sonnait trop peu aujourd'hui qui changerait son ennui.

un sursaut la fit soudainement se redresser, pestant intérieurement contre son manque d'attention – Eve n'aimait pas la surprise. mais la contrariété très vite fut oubliée lorsqu'elle le vit, lorsque son visage (si charmant)(si détestable) se dessina dans l'embrasure de la porte.

il n'avait pas l'air de vouloir être ici. il n'en avait jamais l'air à vrai dire, et le fait qu'il ne lui adresse pas le moindre regard aurait pu lui tirer un ricanement – le genre qui ne pourrait que le pousser à la mépriser un peu plus.

ce fut sans un mot qu'elle observa son petit manège, les prunelles sombres suivant ses mouvements sans ciller alors que ses lèvres peintes laissaient entrevoir l'esquisse d'un sourire. oh qu'elle ne désirait que lui rire au nez, se moquer de lui jusqu'à l'en faire pleurer. avec un tel égo un jour il finirait par s'étouffer lui-même, et la demis rêvait d'être présente à ce moment-là.

— Absents.

Mais ça, il le savait déjà. Elle se moquait sans rire, sans même l'ombre d'un sourire à présent. quatre dossiers. deux enveloppes encore fermées. cinq stylos. qu'elle déplaça à nouveau, avant d'ajouter.

— Votre père et monsieur Chevalier devraient être de retour bientôt, ils sont sortis déjeuner.

Ah, ce vouvoiement n'était que provocation, sonnait presque comme une insulte.

— Ils m'ont demandé de vous dire de les attendre ici, si vous veniez à arriver avant eux.

Elle aurait pu le lui dire tout de suite, mais. Elle n'était pas censée parler sans qu'on lui adresse la parole, après tout. Ha.

Un souffle encore et la voilà qui se levait, lèvres pincées pour ne pas laisser filer quelques moqueries, pas si vite. Non, au lieu de cela elle préféra le contourner, passant proche sans pour autant réellement le frôler : elle savait que ce serait suffisant pour le dégouter un peu plus, mais pas uniquement.

— Il y a de la lecture, si vous craignez de vous ennuyez.

Et tout ce qui troublait le silence du cabinet furent le bruit de ses talons, régulier, presque agaçant, alors qu'elle prétendait avoir quelques dossiers à classer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 29/05/2017
Espèce : Humain
Anti-demis

Ven 2 Juin - 15:27






avoid the devil

Il y avait quelque chose d'abject, dans sa façon de parler. Comme si ses mots ruisselaient de mauvaises intentions, comme si son corps respirait la malveillance. Et Kwang n'eut pas besoin de la regarder pour savoir qu'elle se réjouissait de sa situation - sa voix ne souriait que trop.

(horrible voix)
Désagréable frisson.

Et elle se moquait encore et encore de lui. Oh qu'elle devait aimer, aimer le voir comme ça. Cette saleté. Il finit par lever le regard vers elle, agacé. Il la dévisagea un instant, le dégoût peint sur le visage. Ses lèvres s'entrouvrirent mais rien ne sortit. Il y avait définitivement quelque chose de dérangeant chez elle.

Quelque chose de dérangeant,
dans son,
existence.

— Il y a de la lecture, si v-

▬ Je sais.

Sh. Tais-toi. Ne dis plus rien. Il était déjà assez agacé par sa présence, il n'allait pas non plus faire la conversation. Et il la sentit passer à ses côtés, détournant le regard. Et il sentit son parfum malgré son dégoût.

(horrible parfum)
Désagréable frisson.

Il s'écarta un peu sans la regarder, sentant sa moquerie jusqu'aux claquements de ses talons alors que ses mains devenaient moites.

(tu as sans doute raison, papa)

Ils sont tous,
méprisables.

Et, silencieusement, il repoussa la pile de dossiers qu'il y avait sur le bureau - les faisant tomber négligemment. Ce n'était pas des plus matures, mais l'imaginer s'agenouiller pour ramasser des papiers aussi inutiles que son existence, avait une certaine satisfaction.

▬ Oups.

Il ne lui jeta pas un regard, ne lui exprima aucune excuse, et alla s'asseoir sur un siège.

Puisqu'elle voulait ranger. Elle allait ranger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Fear To Fire II
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» MILLA ♣ set fire to the rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-