puisque le juste est dans l'abîme
avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 06/07/2017
Espèce : humain

Mar 11 Juil - 7:34

Identité:

Référence du personnage: Arthur / Inception
Nom: De Fronsiac
Prénom: Fantin Arthur Martin
Age: 35 ans
Lieu de naissance: Clinique Rémusat (paris)
Habitation actuelle: Une villa à bourg-la-reine
Métier: Propriétaire d’une entreprise de transport maritime, fondé par son père, dont le siege est à Paris. Il en a déféré la gestion car il est à la tête du mouvement de libération des demis.
Que pense-t-il des demis?: Injustement discriminés. Fantin se révolte profondément de la barbarie de certain de ses semblables face à ceux-ci.
Que pense-t-il des humains?: Viscéralement enragé par ceux à l’origine des lois anti-demis et leurs soutiens.
Que pense-t-il du mouvement et des lois anti-demis?: Sa cause est juste et pour elle, Fantin ne reculera devant rien.


Et physiquement?

Ethnie: Caucasien
Couleur des yeux: Marron
Couleur de peau: Plutôt pâle
Cheveux: Bruns foncés et plaqués en arrière.
Taille: 1m82
Tatouages, piercings, modifications corporelles?: /
Signes particuliers: Toujours assis en bout de table, il a une dentition impeccable et les ongles bien taillés. Il se rase chaque matin.


Fantin de Fronsiac
Caractère:

Je ne suis pas demis.

Il n’y a ni cornes à mon front, ni ailes à mon dos. Il n’y a ni crocs à mes dents, ni écailles à ma peau. Je suis né avec deux jambes et deux bras, un corps de chair et de sang qui, toujours, demeure tangible.

Seulement,

M’en faut-t-il pour entendre les pleurs de l’enfant-loup ?

M’en faut-t-il pour entendre les plaintes du succube qu’on prend de force ?

M’en faut-t-il pour entendre les cris d’une fée qu’on pourchasse ?

Je ne vois ni ne sens aussi bien que le vampire. Mais je vois avec clarté, le sourire du Naga et les fossettes du Dullahan. J’entends, le chant du dragon et le rire de la sirène. Autant de sons qui me rappellent la voix de mes cousins. Autant d’évidences qu’ils ont tout d’humain.
(JOURNAL DE FANTIN)

[…]

Ainsi les plus abjects, les plus vils, les plus minces
Vont régner ! ce n'était pas assez des vrais princes
Qui de leur sceptre d'or insultent le ciel bleu,
Et sont rois et méchants par la grâce de Dieu !

(VICTOR HUGO LES CHATIMENTS)

[…]

Fausse Patrie, tu trahis tes enfants,
Et donne le sein aux zélots à la tête nue,
Diables aux pensées biscornues !
Qui prêchent la haine contre ceux qui nous sont parents,

Pleure indigne mère !
D’ainsi les laisser en pâture,
Car parait-il leur sang est impur,
Dès la naissance, la peau marquée au fer,

Dame de liberté, Dame des égalités,
Quand t’es-tu ainsi répudiée ?
Transformant tes terres en tombeau pour l’espoir,

N’as-tu pas vu venir le soir ?
A présent jusqu’au cœur tu es rongée,
De cette gangrène il faut maintenant t’amputer.

(JOURNAL DE FANTIN)

[…]

Fantin candide seulement de son nom, porte en ses traits la gravité et l’air pensif des hommes occupés. De ses chemises soigneusement coupées, à ses derbys parfaitement cirés en passant par sa nuque toujours parfumée, son aura s’improvise et se pare d’un infini sérieux. A sa volonté de fer, se plie toute une gestuelle mécaniquement définie par la verve qui l’anime. Il y a dans ses amples gestes et sa démarche pressée, la force irrépressible des grands hommes, de ceux prêt à rompre tout obstacle se dressant à leur passage, taillant leurs chemins à même la roche par de grands coups de burins.

Drapées dans l’harmonie des phrases et références distillées allègrement dans de plaisantes conversations, roulent chez Fantin, de furieuses passions. Il y a, derrière l’horizon immobile de sa façade stoïque, d’irrésistibles curiosités qui déferlent en millions de vagues quand s’ouvrent ses lèvres et fusent des questions animées d’un intérêt vorace. Sans faire de distinctions ni de différences, elles surgissent et affluent d’une authenticité impétueuse ; Car son père lui a appris que peu importe l’homme, petit ou grand, la valeur se retrouve en chacun.

Pourtant, malgré ses ouvertures, Fantin n’est pas de ces grands aventureux affamés par l’idée de l’inconnu. L’inattendu et le hasard lui apparaissent comme deux grandes ennemies dont les ombres menacent la structure rigide et organisée de son quotidien. Alors, prudent, Fantin projette la lumière aussi loin qu’il le peut pour repousser les ténèbres du mieux possible et une fois la route éclairée, l’empruntera encore et encore sans jamais se lasser.
Les passions de Fantin sont volatiles mais solidement régies par un esprit cérébral et totalitaire. Sous la bannière du succès et au nom de la sacro-sainte efficacité, toutes les fibres de son être cultivent le résultat comme fruit adoré, pour lequel on commettrait milles atrocités. La générosité est un luxe dont ne peut s’encombrer un jugement qui se veut froid et en devient alors étroit en certaines situations ; Le monde des affaires n’est pas pour les âmes tendres répétait toujours son père à sa mère.

Alors Fantin a aiguisé ses crocs et ses griffes, se fait impitoyable et implacable si l’heure le demande.

L’immobilité est la mort de l’âme. Fantin fuit l’ennui comme la peste et court, parfois, quand il le sent sur ses talons. Il se maudit de n’avoir qu’une seule vie alors qu’il a tant de projets à mener et de monuments à ériger. Il appartient à l’ordre des bâtisseurs et obéit à une pulsion souveraine ; Celle de construire et d’appartenir à de grandes choses. C’est une idée qui germe tout du fond de son crâne et lui ronge l’intérieur des os ; Fantin a besoin de se sentir utile et important. Question d’égo. Question de vie ou de mort. Et Fantin a besoin que l’existence le lui rappelle, qu’on le félicite et le remercie. De voir son nom placardé et encensé pour nourrir un monstre d’égo qui danse presque dans les bras de la mégalomanie. Mais la plupart de ceux qui réussissent sont arrogants et Fantin ne déroge pas à cette vérité.
Et c’est aussi au nom de ce dérangeant seigneur que Fantin s’est engagée dans une croisade humanitaire. S’il est vrai qu’une colère nucléaire lui retourne les tripes face à l’injustice d’un pays auto-proclamé primo-defenseur des droits de l’homme et qu’il prend cher à son cœur le destin de ceux qui en sont victimes ; Fantin n’est pas un saint.

Fantin sera la salvation de tous ces pauvres hères, guide de ces brebis égarées. Fantin sera messi et répondra à leurs prières face auxquelles le ciel est resté sourd.

Et son nom se fraiera une place dans les corridors de l’Histoire, sera solidement gravé dans le cœur des mémoires. Dans Paris qu’assombrit l’obscurantisme porté par une intolérance populaire, Fantin embrasera plus que jamais le feu de la rébellion. Il attisera les étincelles et les flammes ramperont dans les rues et dans les âmes jusqu’à ce que la capitale redevienne lumière.
Histoire:

(non obligatoire mais ça peut tout simplement être juste un listing de quelques évènements. Il est quand même bon que les gens connaissent votre histoire pour pouvoir créer certains liens mais c'est comme bon vous-semble.)
HRP:

(Pseudo; holy shit je suis lazy af je mettrais des zolies images plus tard. J'ai capté bien trop tard qu'il était décrit demis dans la description du poste à pourvoir pour le big boss de la mld et j'étais lancé, du coup, à 90% dans le processus créatif du coup je présente mes humbles excuses en espérant que ce soit recevable. Si c'est irrévocable, well   screw me et je trouverai bien qqch d'autre de coolos à faire.
ciao ciao (j'utilise beaucoup trop du coup i know, dizouli)   
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Juste avant la Bibliothéque, et vous êtes arrivés
» Père Gérard Jean Juste est de retour en Haiti ...
» (f) c'était juste un plan fesses dans les vestiaires du gymnase quand on avait dix-sept ans au départ. Ca a changé nos vies...
» Puisque dans nos veines coule le même sang [Pv Sophie Atlan]
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-