un coup dans l'eau; calypso
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 06/05/2017
Age : 27
Espèce : Humaine.
Anti-demis

Sam 13 Mai - 22:39
un coup dans l'eau

tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se transforme en sirène


merci calypso
d'éclairer ma vie rien qu'un tout petit peu
de me tirer de l'eau (haha) de me prendre par le bras pour me sortir de cette effarante réalité que l'on nomme routine
à laquelle je dis m'accomoder
(mais je dis beaucoup de choses)

le soleil brille aujourd'hui
c'est ce que je me dis (vieille conne) en regardant ses rayons se refléter sur tes lunettes
sur tout ton être
(tu es un être de lumière)
ou un hologramme destiné à me tenir compagnie le temps d'un repas
je ne sais pas calypso au final je connais si peu de choses de toi

la terrasse est bondée
il fait beau les oiseaux chantent (pas toi)
ta voix me manque rien qu'un tout petit peu
alors j'engage la conversation pour l'étendre une seconde
(je finis ma bouchée je crois que c'est du poisson)

- sinon il a encore une vie privée marco ?

mon regard dévie sur le téléphone entre tes doigts
te vexe pas te vexe pas
jolie calypso
je suis maladroite mais je ne veux que ton bien
(pour le moment)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 08/05/2017
Age : 15
Emploi/loisirs : M'ennuyer
Espèce : Demis (Sirène)
Anti-demis

Dim 14 Mai - 17:14


Un coup dans l'eau

ft. la belle Pauline


Il fait bon, dehors. On entend les volatiles jacasser, les paroles se mélangent dans un léger brouhaha tout doux, presque invisible. Les serveurs zigzaguent comme dans un labyrinthe, apportant diverses breuvages. Paisiblement posée, jambes croisées, elle n’en profite pas. Le soleil brille et pourtant c’est la lumière artificielle de son écran qui éclaire ses petits yeux bleus. Douce brise, la conversation n’était pas présente entre les deux femmes réunies à un café mondain. En même temps, il y avait quelqu'un de très important à qui Calypso se dévouait plus que tout ; Marco. Ô beau Marco, l'amour l'envahit, la fait sombrer dans la folie. Hier, la belle sirène a lu le moindre commentaire posté par son Apollon (puis relu et noté son activité sur son journal).  

- sinon il a encore une vie privée marco ?

Démasquée. Léger frisson, elle relève la tête furtivement, pique un fard et détourne le regard. Ses prunelles timides furent intimidées par le regard de Pauline, malgré le fait qu’il soit amical. Dans la volée, la demoiselle rangea son joujou high-tech et semble à court de répartie. Sujet sensible. “Vite, trouve quelque chose à dire !”.

- Errrh.. Je.. Je regardais juste un truc.. C’était pas çaaa !
, fit-elle, laissant entendre une petite voix soprano.

Convaincant ? Du tout. Calypso sait sûrement bien se cacher derrière un masque mais quand il s’agit d’un sujet aussi complexe, dur de paraître impassible. Démangeaisons, ne pas pouvoir actualiser son profil instagram était un crime à ses yeux. Les secondes passaient et l’envie devenait carrément une folie. Une main sur la table, elle fit danser ses ongles contre le bois laqué, émettant de petits cliquetis réguliers et quelque peu nerveux.

"Ding dong", heure de la cigarette. Machinalement, la jeune femme fit courir ses doigts jusqu'à son paquet de Marlboro et en sortit une cigarette puis l'alluma. Tendre odeur de tabac, cancérigène et toxique.Au moins, les cigarettes pouvaient lui faire oublier Marco ne serait-ce que pendant une dizaine de minutes.
awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 06/05/2017
Age : 27
Espèce : Humaine.
Anti-demis

Jeu 18 Mai - 20:45
un coup dans l'eau

tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se transforme en sirène


ça la fait sourire pauline
(c'est si rare ça devient précieux)
ces petits moments qui lui arrachent des morceaux de bonheur
quand elle croise le regard fumigène (fumigêné) de sa camarade
qui tapote le bois faute d'écran
(jolie chanteuse qui reste sans voix)

- t'inquiète, t'inquiète

réponse lasse
décontractée
elle profite un instant du soleil de mai
puis sort son propre téléphone
mais contrairement à calypso,
pauline n'a rien de branché
(les téléphones ça sert à téléphoner)
alors elle pianote quelques secondes pour le dévérouiller, clic
(clac)
et l'actualité assombrit sa journée une nouvelle fois
(son sourire se transforme en soupir comme à chaque fois)

- téma cal'

elle lui tend l'écran illuminé par l'article en noir et blanc
une image des champs élysées (le commando a tout barricadé) et un gros titre d'une affligeante banalité
(nouvelle attentat proclamé par la mld)
ce matin
pour venir encore et encore l'emmerder
troubler l'ordre public
enfin non,
pauline se fout de l'ordre public
(mais les demis)
oH les demis

- ils sont même pas originaux quoi

l'humour bien placé c'est la spécialité de pauline

- j'veux dire, je sais pas ce que t'en penses mais franchement....... si j'étais une demis (grimace à peine masquée) j'assumerai tellement pas d'avoir des guignols pareils comme représentants

l'odeur de cigarette vient chatouiller ses narines mais pauline a l'esprit bien trop occupé pour s'en soucier
elle en ferait bien de même d'ailleurs
car pauline aussi a besoin de penser à autre chose que la haine de temps en temps
(excuse-moi)
ou pas

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 08/05/2017
Age : 15
Emploi/loisirs : M'ennuyer
Espèce : Demis (Sirène)
Anti-demis

Sam 20 Mai - 23:06


Un coup dans l'eau

ft. Pauline


Tire une latte, aspire la fumée qui la decontracte si bien. Ce contact si précieux entre ses lèvres pulpeuses et la texture de ces barres cancérigènes qu'elle collectionne par dizaine avant de les brûler, petit à petit, rapidement.

- t'inquiète, t'inquiète


Elle relève la tête, Calypso redevient douce, n'étant plus troublée par son manque - du moins pour quelques secondes, encore. Profite de son esprit vidé de quelconque prénom masculin, vide de pensées timides et fragiles, vide d'amour. Deux pupilles claires observent son interlocutrice, l'admirent. Jolie, elle ne doit sûrement pas être aussi perdue que Calypso, elle doit sûrement aller tout droit, suivre sa ligne parfaitement bien tracée, sans se soucier ni être dérangée par des démons.

Démons. Demis. Doigts albes agripperent son téléphone, sa voix tendre raisonne au creux de son oreille.

- téma cal'


Elle aime l'entendre, aime ses surnoms, simplement, écouter ses paroles, admirer la pensée d'une humaine parfaite. Journal, gros titre monotone, soupir. Encore ces demis. Agacement partagé, lueur hautaine dans le regard. Voilà la partie pourrie de cette pomme qu'est la Terre ; les demis.


- ils sont même pas originaux quoi


Calypso était d'accord, approuvantce sentiment avec un hochement de tête. Amer, le goût montait au fond de sa gorge. La fumée s'échappait de nouveau de sa bouche, tapote sa barre d'oublie-marco contre le cendrier puis prononça enfin une phrase construite. La voix auparavant si douce était aigre, aiguë et aigre, méchamment hautaine.

- On s'attendait pas à quelque chose de plus réfléchis de leur part, de toute façon
, fit-elle amèrement


- j'veux dire, je sais pas ce que t'en penses mais franchement....... si j'étais une demis, j'assumerai tellement pas d'avoir des guignols pareils comme représentants


Et c'est ainsi que débuta une conversation houleuse. "Je ne suis pas une demis", menteuse, ses phrases répétées au fond de son crâne ne font qu'affirmer le fait qu'elle soit faible. Calypso n'assume pas, aimerait découper ses nageoires de poisson au couteau, se séparer de toute trace "non-humaine". Rêveuse, elle imagine ses jambes définitives, elle imagine aller à la piscine sans aucune crainte, elle espère devenir celle qu'elle aurait toujours dû être.

"Je ne suis pas une demis."
"Je ne suis pas une demis."
"Je ne suis pas une demis."
"Je ne suis pas une demis"

"Je suis une sirène."


- Ils devraient simplement tous se pendre, ces demis à la con.

awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 06/05/2017
Age : 27
Espèce : Humaine.
Anti-demis

Ven 26 Mai - 21:58
un coup dans l'eau

tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se transforme en sirène


elle est contente si contente
de savoir qu'elle n'est pas seule dans sa haine
viscérale abominable
(ils devraient tous crever)
comme elle a failli le faire
respire pauline respire tout va bien maintenant

- mais tellement

fausse complicité qui se complaît dans la rage
sourire en coin ténèbres au bout de la langue
pauline range son téléphone et ses piques par la même occasion
souffle un coup
(il fait beau n'est-ce pas ce serait dommage de tout gâcher)
alors ta gueule et profite du soleil
elle ferme les yeux une seconde
frôle la table a la recherche d'un verre d'eau (l'amertume donne soif)
et finit par l'agripper sans vraiment regarder
les yeux perdus sur calypso

- mais sinon-

splash
un passant un peu pressé
une épaule qui rencontre le verre tendu au bout de son bras pour déverser tout son contenu
sur la belle métisse
merde
(expression horrifiée mais pas pour les bonnes raisons)

- putain !

aucun pardon
juste une insulte comme pauline sait si bien les faire
situation du quotidien
rien d'anormal vraiment
et pourtant et pourtant

pauline a comme un mauvais pressentiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 08/05/2017
Age : 15
Emploi/loisirs : M'ennuyer
Espèce : Demis (Sirène)
Anti-demis

Mer 31 Mai - 19:16


Un coup dans l'eau

ft. Pauline



Et elle confirme sa perfection. Pourquoi ne l'a t-elle pas considérée comme deesse plus tôt ? Il lui reste un espoir, celui qui brisera tous les demis, celui qui les aneantira ; sa pensée. Tendre admiration.

"Mais tellement", et ses paroles résonnent au creux de ses oreilles, se nichent tendrement au fond de son crâne. C'est comme si Pauline lui avait dit "oui", comme si elle avait accepté ses sentiments de traître, comme si elle avait accepté son défaut : celui de rejeter sa propre race. Mais comment accepter un si gros secret ?

Regard tendrement mêlé au sien. "Elle est belle, Pauline, elle est douce, Pauline, elle est intelligente, Pauline, elle est réfléchie, Pauline, elle est comme elle l'aurait voulue, comme elle aurait voulu qu'elle soit." Un doux rêve, sur un doux nuage, brisé en quelques petites secondes, quelques instants qui n'auraient jamais dû exister.

- putain !


Ce ne sont pas ses paroles qui la gênent, non, Calypso se fiche de son pardon, se fiche de ses jurons, non, c'est encore plus que tout ces détails. Verre d'eau fracassant, coupant, comme si ce n'était pas l'eau qui l'avait atteinte. Liquide froid contre son épiderme teintée, ses poils qui s'herissent vivement. "Pas maintenant, s'il te plait..." Elle bondit, aussi vite qu'elle le peut. Petites pupilles fixant cette eau salissante, dégoulinant sur son bras. Un poil exagéré, c'est vrai.

- Merde. Je dois.. Je.. euh.. Je vais aux toilettes !
, bafouille la petite sirène, regardant ses pieds

Et petit a petit, Calypso ressent quelque chose sur sa peau, sous sa robe, quelque chose qui pousse sur ses jambes. Et petit à petit, des écailles commencent à recouvrir ses jolies cuisses, allant vers ses jambes, dévorant sa peau humaine. Mais elle court, elle s'enfuit déjà, elle esquive. Comment avouer face à Pauline ?

Mais la sirène n'atteint même pas une cabine des WC afin de s'enfermer. A peine eut-elle le temps de fermer la porte des toilettes qu'elle tomba contre le carrelage. Elle gît par terre, se débat, soupire. Humiliation totale.

awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Vous pouvez pas me taper, j’ai des lunettes. || SKYLER
» Révélation... (terminé)
» Mieux qu'une fontaine d'appartement (19.12.10 à 15h32)
» [RP - Combat - Drame] Au secours {Votre pseudo ici}, vous êtes mon seul espoir.
» « J'ai mis les doigts dans la prise. J'ai eu un coup de foudre pour l'adrénaline. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-