pactiser avec le démon - ft. guerlain [FLASHBACK- fin 2016]
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 09/05/2017
Espèce : démon
Neutral

Dim 14 Mai - 15:19
#pacte
Il a le cœur qui bat la chamade, son pouls qui bouche ses oreilles l’empêche d’entendre les bruits environs, quoi que l’usine désaffectée dans lequel il se tient semble être vide, pas un chat ne viendrait dans un endroit aussi morbide. Vingt et une heure vingt-sept, et ça se marre, ça se fout de lui, lui, à l’heure, oui, alors ça oui, il avait eu peur. Peur de finir sa vie derrière des barreaux, peur d’être exécuté peut-être aussi. Et il connait pas les lois françaises et étrangement, il ne veut pas s’y tâter. Pourtant, tout ça est allé trop loin et le moment de se repentir est peut-être arrivé. Oui, il a peut-être un peu trop joué avec le feu du haut de ses vingt ans, gamin et irrécupérable, voilà ce qu’il est. Et maintenant qu’il s’en rend compte, c’est bien trop tard. Le mal est fait et maintenant, il devrait en payer le prix ; pour la deuxième fois.

Peut-être allait-il devoir quitter le pays une nouvelle fois, quitter l’Europe même. Et c'est à ce moment qu'il su : he fucked up. Attrapant plus gros que lui. Oh oui, il s’en rendait compte. Cette fois-ci ce n’était pas le gros contrebandier de Tottenham Hale mais bien le chef du commando d’élite. A croire que ça attirait les gens importants.

Il regarde alors toutes les secondes son téléphone, se rendant compte plusieurs fois l’inutilité de la chose. Mais, le stresse accumulé lui créer des tocs. Ce soir, oui, ce soir, ses cornes s’agrandirait une nouvelle fois et cette fois-ci, la seule et simple idée de trouver un travail dans ce monde deviendrai impossible.
Ça se marre, ça en rit, n’est-ce pas ironique ? Petit démon qui fait le malin, apeuré maintenant par plus grand que soi. Gros démon qui fait le beau, maintenant descendu de son piédestal. Majestueux démon qui se rend compte de la merde qu’il est, ou plutôt dans la merde qu’il est.

La porte coulissante en fer de l’usine s’ouvre dans un énorme grincement qui débouche ses oreilles, il manque un battement de cœur et des sueurs froides coulent dans son dos, le rendant plus pâle qu’il ne l’est déjà. Il était le bourreau et sa victime arrivait, quoi qu’il puisse en dire. Il le savait, et il jouerai la carte bluff :

« Ah ! Guerlain North, quelle heureuse surprise de vous croiser ici –t’as capté la blague ? c’pas du hasard ahah j’suis trop drôle. Alors, toujours chaud pour un accord ? J’te préviens moi j’aime faire les pactes à l’ancienne avec les pentacles dessiner avec du sang d’agneau alors j’espère que t’en a ramené comme j’te l’avais dit –enfin après j’peux le faire sans mais c’pas drôle quoi ahah. J’ai apporté les bougies pour le kiff aussi ahah ça t’inquiète c’est sur mon compte, pour le trip, t’vas voir ça va donner une ambiance cool. enfin bon c'quoi ton souhait là, qu'on en finisse rapidement, demanda-t-il avec un sourire carnassier »


_________________
amour sur vous:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 07/05/2017
Emploi/loisirs : commando's chief, dit chef north, froid comme l'hiver.
Espèce : demis polymorphe.
Neutral

Dim 14 Mai - 18:43
hell is empty and all the devils are here
(wrath. lain.)



On dit que Paris c’est encore plus beau la nuit. C’était peut-être vrai. Guerlain ne sait pas pour lui, la nuit ça sert à dormir à tout oublier dans son lit.

C’est vivre sans vivre c’est mourir sans mourir.
C’est l’entre deux mondes, c’est quelque part où les rêves abondent.

Il est vingt et une heure. Il a donné l’ordre à tout le monde de ne pas le suivre. Ils ont dit vous l’aurez facilement chef c’est sûr, on lui a assez couru après, à ce faux dur. Tout ce qu’il a pensé Guerlain c’est que l’autre c’est un gamin. Peut-être qu’il trouve pas sa place peut-être qu’il s’est juste égaré sur le mauvais chemin. Guerlain en vérité il n’en sait rien. Tout ce qu’il sait c’est que c’est un problème à régler, c’est une affaire qui doit prendre fin.
Il est vingt et une heure quinze. Il a sa veste en cuir noir qui se fond dans la nuit et les yeux qui scrutent tout autour de lui : Paris est très calme. En fait, personne ne s’aventure dans de tels endroits désaffectés en pleine soirée. On les dénigre au profit des champs, des vitrines qui s’illuminent. On n’y croirait pas comme ça. Que tant de problème se joue en arrière plan.

Guerlain marche solidement. Ses pieds ne se posent pas, ils frappent le sol.
Il a confiance. Ce n’est pas pour rien qu’il est à la tête du commando. Ce n’est pas pour rien, qu’il est là qu’il fait ça. C’est en lui. Franchement il ne lui reste
plus que ça.

Et la voilà l’usine. Il est vingt et une heure vingt cinq. Elle est terne elle peine à se dessiner dans ce fond bleu nuit. C’est mort c’est triste c’est perdu. Peut-être comme celui pour qui il est venu ?

Mais il est naïf Guerlain. De croire qu’il est au dessous de tout. C’est pas parce qu’on croit qu’on ressent rien qu’on n’espère plus du tout. C’est pas parce qu’on ne réagit à rien sans arrêt, que rien ne pourra jamais nous remuer.

Il entre dans les galeries. Ca sent mauvais, le renfermé. Ca sent quelque chose qui ne peut plus être sauvé.
La porte qu’il tire n’est pas très lourde ; le fer et l’acier s’entrechoquent, ça cause un vrai bazar. Ce qui est mort n’est pas forcément silencieux, tout comme ce qui vit n’est pas forcément bavard.
Wrath se tient là, au milieu de la pièce. Et dire que c’est ce minot là, qui a fait courir ses équipes.

Il le salue, l’air jovial, l’air tranquille, mais toujours un peu sauvage. Wrath n’a pas l’air sincère. Guerlain sait qu’il connaît parfaitement les enjeux de cette petite rencontre. Il n’a aucune raison de faire le fier.

Alors, toujours chaud pour un accord ?

Il a l’air d’aimer s’écouter, celui là. Guerlain plisse les yeux, un peu. L’autre il sourit comme s’il avait déjà gagné. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Guerlain, des démons, il en a arrêté des centaines. Pire encore, il l'en a déjà tué.

Nous ne sommes pas ici pour faire des pactes, Monsieur Marsch.


Il s’avance un peu, fait mine d’observer les alentours. En vérité, il n’y a absolument rien à voir ici. Que des murs trop hauts et trop abîmés.

Mes équipes sont mécontentes. Il faut dire qu’elles se sont beaucoup fatiguées, à force de vous courir après.

Mais Guerlain lui n'est même pas essoufflé.
Il croise les bras, presque ennuyé. C’est pas routinier pour lui, de discuter. Mais Wrath est un gamin. C’est un enfant
pourvu de cornes sur la tête qui lui donne l’impression d’être grand.

Vous avez presque réussi à m’agacer. Je vous propose de vous rendre. Le deal, c’est que j’allègerai vos peines. Peut-être que je vous offrirai un matelas. Pour les demis, c’est un véritable luxe, là bas.


Là bas, où il voudrait bien t’enfermer.
Là bas, où tu n’en sortirais jamais.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 09/05/2017
Espèce : démon
Neutral

Lun 15 Mai - 19:14
#pacte
Guerlain North, grand homme plutôt canon, ça, même wrath le toxico hétéro pouvait le dire. Chef du commando d’élite qui venait en personne rien que pour lui. Devait-il se sentir honoré de cette présence certifiée seule ou devait-il plus la craindre ? Oui, Wrath été sur le qui-vive, ne faisant absolument pas confiance à cette personne en face de lui, après tout, pourquoi serait-ce que le contraire ? Regard suspicieux, petite jetée sur son physique, oui, wrath fait des préjugés, habituellement. A part que cette fois-ci, il se doutait que le grand chef n’était pas quelqu’un à prendre à la légère. Eh ! Même dans les vapes de son dernier jog il se doutait que Guerlain North était le genre d’homme à accepter sans protester un pacte.
Oui, mais il ne savait pas tout, il ne savait rien. Il ne se rend pas compte, oh oui, grand chef tombera de son piédestal, tyran se fera flageller jusqu’à se repentir de ses péchés et aucun homme n’est incapable de plier. Oui, il avait une dernière carte dans sa manche. Et pour sauver son petit cul balafré par les erreurs passées wrath était capable de tout. Oui, wrath, homme désespéré, homme sans foi ni loi, homme sans conviction n’hésitera pas une seconde à commettre une nouvelle fois l’irréparable, au prix même de son mental déjà assez perturbé.

Nous ne sommes pas ici pour faire des pactes, Monsieur Marsch.

Allons bon, alors pourquoi ? Croyait-il une seule seconde qu’il serait assez crédule pour croire cet énergumène ? Défoncé mais pas con le démon. Homme de foi qui vient seul dans la maison du démon pour le ligoter et l’enfermer derrière les barreaux, quelle belle blague. Ça veut sortir. Ça veut s’exprimer, lui cracher à la gueule, montrer sa folie passagère, sa paranoïa. Et s’ils étaient dehors ? Tout simplement inimaginable. Un chef aussi minutieux que lui prendrait-il le risque d’aller en terrain ennemi sans suivre un minimum les règles du lieu ? Wrath en doutait, Guerlain North était un homme intelligent, mais pas assez pour connaître le lieu comme sa poche, ou en tout cas, pas aussi bien que de brun.

Wrath s’excite, oui, il éprouve cette petite chose, ce grain, un grain de poussière de fierté. Que quelqu’un comme ce commandant lui accordant autant d’intérêt. Lui en a-t-on déjà exprimé autant ? Et peut-être que dans une autre vie, dans un autre cas de figure, il en serait touché. Que de belles paroles.

« Alors comme ça vous arriver encore à éprouver des sentiments, m’en voilà ravis ahah ! prendre tout à la rigolade, oui, ça, il y arrivait tellement facilement, tellement naturellement. Tellement passif sur sa propre vie à première vue. Agaçant, oui, il était agaçant à prendre tout à la légère, comme si même la pire des crasses ne lui coulait sur la peau comme du lubrifiant sur un godemichet. Malheureusement, j’suis désolée d’vous l’apprendre mais si vous comptez m’coffrez ce soir, il va falloir reprendre votre planning à deux fois. Ouais, un parti est prêt à coopérer, mais pas l’deuxième, déso pas déso hein. Pas qu’ça me fasse plaisir de devoir faire autant attention où j’vais mais j’préfère ça à vivre pour l’restant de ma life enfermé. Et arrêtez d’me prendre pour un zgeg, au moindre geste suspect j’me casse illico presto et dommage pour vous, votre faiseur de vœu s’évanouira à jamais dans la nature. »

Ça se met dans une position plus confortable, bras croisés.

« Faites gaffe m’sieur le chef du commando d’élite, à la moindre entourloupe, dans mon sweet j’ai une lacrymo, j’hésiterai pas à l’utiliser. Alors si on parlait d’homme à homme et pas comme un père à son gosse vous l’voulez bien, parce qu’j’ai pas qu’ça à foutre moi. Parlons de choses sérieuses Guerlain North, j’me répèterai pas dix fois. »

_________________
amour sur vous:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 07/05/2017
Emploi/loisirs : commando's chief, dit chef north, froid comme l'hiver.
Espèce : demis polymorphe.
Neutral

Mar 16 Mai - 10:11
hell is empty and all the devils are here
(wrath. lain.)



Wrath c’est qui, Wrath c’est rien.
Qu’un petit ennui sur le chemin, encore un des siens, qu’il doit punir, arrêter, ligoter. Ca ne l’énerve pas, ça ne l’agace plus. Ca ne lui fait plus rien.
Peut-être que ça devrait.

Wrath c’est qui, Wrath c’est rien. Mais c’est un démon et Guerlain le sait, ils sont de ceux qui sont les moins manipulables. Parce que c’est eux qui manipulent, qui jouent sur les espoirs et les rêves et qui promettent.
Il y a des mots qui sortent de la bouche du démon, Guerlain les entend mais n’en prend pas vraiment compte. Il sait qu’on note son manque d’affection, son manque d’émotion. Qu’on s’illusionne sur son état, qu’on se dit « il sourit, c’est que ça va » mais c’est forcé, c’est pas naturel, c’est contre nature, même.
Guerlain il se fiche de ressentir, il n’y en avait qu’une qui le méritait.

…mais si vous comptez me coffrer, ce soir, il va falloir reprendre votre planning à deux fois. Ouais, un parti est prêt à coopérer, mais pas le deuxième…

L’accord c’est une illusion. Guerlain ne donne que l’aspect d’un deal, que l’apparence d’un contrat dans lequel chacun des deux pourraient trouver son compte. Mais c’est faux. On sait que lorsque le commando est impliqué, il n’y a qu’une exigence qui est respectée et c’est
la leur. Pas celle des arrêtés.

…je me casse illico presto et dommage pour vous, votre faiseur de voeu s’évanouira à jamais.

Il l’écoute à peine, en vérité, Guerlain. C’est des paroles c’est rien, c’est du vent, c’est vide de sens c’est vide d’intérêt. Il lui reproche de le prendre de haut, de jouer le pères et qui tente d’appliquer une sanction sévère.
Guerlain n’est ni père, ni bourreau. Il se contente d’appliquer ce qu’il doit faire. Et si Wrath le menace de partir, il s’en fiche.
Il a pu le trouver une fois, il pourra le trouver de nouveau.

C’est ce statut de faiseur de voeu, qui vous a mis dans cette situation, Marsch. Pourtant aujourd’hui, c’est moi qui propose d'endosser ce rôle, voulez vous ? On a tous nos rêves, après tout. Et je vous propose de réaliser le vôtre.

Il s’approche un tantinet. Il est d’un stoïque, comme s’il prenait le thé. Avec le diable, avec la malignité.

Je suis sérieux Marsch. Je vous ouvre une porte de sortie. Non pas que vous n’ayez pas l’habitude de vous y engouffrer par vous-même… Mais cette fois, vous aurez la chance d’en ressortir sans avoir derrière vous quelqu’un qui vous suit.

N’en n’ont ils pas assez, ces hors la loi, de courir et de devoir toujours regarder au-dessus de leur épaule ? N’en n’ont ils pas assez, d’être rejeté, de soutenir les lois anti demis juste pour servir leur petit intérêt ?
Guerlain n’est pas dupe : Wrath, elle est terrible sa réalité.

Je vous offre une légère punition avec, à la clé, la liberté.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 09/05/2017
Espèce : démon
Neutral

Ven 19 Mai - 19:53
#pacte
Guerlain Notrh il rigole pas, il n’a pas que ça à foutre, et ça, aussi con qu’il peut être, Wrath l’a bien compris. Pourtant ça s’amuse, ça a sa carte maitresse, ça sait comment tout va se finir, pourtant ça laisse trainer ça en longueur. Oh il sait qu’il repartira gagnant, il n’a pas peur de ce côté-là. Ça joue avec les émotions de ce North, ça attend patiemment d’enfin briser son masque de rigidité et d’ennuie. Oui, il attend. Il attend. Il joue une partie de carte en ayant mélangé lui-même les cartes et en se donnant toutes les meilleures cartes. Et ça jubile à l’idée du faciès d’horreur que pourrait lui dévoiler son adversaire.

Son masque invincible se fissurera alors sans qu’il ne s’en aperçoit. Voilà son plan de la soirée. Laisser cet homme si sûr de lui espérer autant que tout se passe comme il le veut pour lui faire un tacle avant de se brûler les ailes et de l’achever comme en bon bourreau. Malveillant, il l’était, malfaisant, ça l’était, répugnant, un euphémisme. Oui, c’était dégueulasse et qu’est-ce que ça pouvait le faire jubiler. La voix si dure de l’homme en face de lui lui rappelait à chaque phrase à quel point à la fin de cette discussion il serait anéanti.

Anéantir, voilà un mot qu’il adorait, une expression qu’il chérissait, une expression qui l’exaltait. Et savoir ce qu’il subir lui procurait une douce jouissance qui, bientôt, ne pourrait plus être contenu. Oh oui, bientôt il en aurait marre de cette comédie il le savait, il était trop impatient, un terrible défaut direz-vous, mais wrath n’est-il pas un défaut à lui tout seul ? Bientôt il crèverait l’abcès d’un simple coup sec et il verrait le pue de la mélancolie pointer le bout de son nez jusqu’à exploser en une crise affolante et resplendissante à ses yeux de démon.

On a tous nos rêves, après tout. Et je vous propose de réaliser le vôtre.

Interpelé. Oh que oui il l’était. Qui ne le serait pas après tout. Le fait de ne pas savoir de quoi l’homme en face de lui parlait l’interpelait bien plus que son faciès ne pourrait l’admettre. C’est fou ce que North pouvait reculer facilement, un lâche mauvais en affaire qui n’hésitait pas à reculer de plus en plus. A s’enfoncer dans les tréfonds de sa propre imbécilité. Et le plus fou c’était sans doute cette nouvelle attention que lui vouait le brun, naïf de savoir le fin fond de la pensée de son interlocuteur.

Une porte ouverte. Comme si c’est ce qu’il cherchait. Comme si North croyait savoir ce qu’il voulait. Savoir qu’il veut à tout pris une porte de sortie. Or s’il n’est pas enfermé, à quoi servirait cette porte ? Des mots qui sonnait de suite beaucoup plus creux à ses oreilles. Il aimait qu’on le suive, qu’on soit avec lui dans ses délires narcotiques et irréelles. Et une nouvelle fois un rictus fend son visage caricatural du mal en personne. Une douce brise d’hiver passe à travers les carreaux cassés des grands vitraux en plastique venant lécher ses doigts déjà froids. Il fourre ses mains dans ses poches nonchalamment.

Je vous offre une légère punition avec, à la clé, la liberté.

Et le voilà qu’il explose de rire.
Quelle drôle d’idée. Faire un pacte et s’en sortir tout de même ? Tout ceci paraissait tellement simple, discuter comme ça sans penser aux conséquences de ses dires, sans comprendre l’impact de ses paroles. Wrath est jeune et con, mais Guerlain aussi apparemment.

« Ahahah inutile d’marchander avec moi Guerlain North, j’suis plutôt têtue si vous voyez c’que j’veux dire. Vous perdez votre temps à jouer à ce p’tit jeu. Ecoutez, je vais aller droit au but vu qu’vous avez l’air de n’pas capter où je veux en venir. Là, il n’est pas question d’mes rêves –je n’en ai plus depuis quelques temps, moi, c’est des vôtres que j’parle. Ecoutez, j’ai la capacité de l’faire, de vous la ramener c’te nana là. J’suis pas débile, j’vous connais un minimum et j’ai fait ma p’tite enquête avant d’vous convoquer ici. Ouais j’ai des p’tits oiseaux un peu partout, heureusement qu’il est bon en bluff le bâtard, et je connais vos petits secrets. Alors vous allez m’écouter et repensez à cette offre que j’vous propose. Parce qu’elle n’est pas illimitée. »

_________________
amour sur vous:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 07/05/2017
Emploi/loisirs : commando's chief, dit chef north, froid comme l'hiver.
Espèce : demis polymorphe.
Neutral

Lun 22 Mai - 21:17
hell is empty and all the devils are here
(wrath. lain.)



les rêves.
c’est la nuit les rêves c’est la réalité qui ne fait pas de bruit. les rêves ils marchent tranquilles, dans le noir et leurs pas courent ils filent. les rêves c’est la lame qui déchire mais c’est aussi le pansement qui permet de guérir. les rêves c’est futile certains diront que c’est inutile.
ils peuvent sauver l’âme
ou devenir UNE ARME.

on a tous nos rêves wrath, et même si guerlain joue comme s’il savait il ne sait rien. il ne comprend pas les gens alors leurs rêves il ne risque pas de les comprendre. mais c’est beau de parler des rêves ça peut aider ceux dont les espoirs se sont envolés.
et wrath sait qu’il n’a pas beaucoup de possibilités. alors pourquoi pas lui offrir des rêves, pour l’appâter ?
mais wrath est un demis et il sait que les offres et les cadeaux ne sont que des prémices. des prémices d’une cage loin d’être dorée, d’une cage plus froide que jamais. guerlain sait mais ne sait rien. des espoirs des siens il agit à contre courant de ses frères et au fond de lui il ne sait pas trop à quoi ça sert. il sait simplement qu’il faut bien quelqu’un pour le faire.

et personne n’ignore qu’aujourd’hui, il n’a plus vraiment rien à perdre.
wrath éclate de rire ça résonne dans l’entrepôt.

…là, il n’est pas question de mes rêves, je n’en ai plus depuis quelques temps…

c’est peut-être ça qui est véritablement triste, ne trouvant plus la force ou l’espoir en eux, certains demis ne cherchent même plus à retrouver une quelconque justice.

…moi, c’est des vôtres dont je parle.

mais guerlain n’a pas de rêves. guerlain n’a pas de rêves ils sont morts ses rêves wrath, ils sont partis sous terre et ILS NE REVIENDRONT PAS. ses rêves ils étaient en elle et elle est partie pour toujours elle s’est éteinte et elle n’a même pas pu dire au revoir. elle avec qui il avait l’espoir de faire naître quelqu’un qui aurait à son tour ses propres espoirs.
elle pour qui il aurait tout donner, pour vieillir à ses côtés. elle pour qui il aurait pu tout jeter, pour voir sur ses lèvres un sourire se dessiner. elle avait entre ses mains et ses doigts tous ses rêves toutes ses aspirations, elle avait toute son âme en sa possession.

j’ai la capacité de le faire, de vous la ramener, cette nana là.

et ça fait un stop dans son coeur ça le tord ça le crève ça le perce. et ça fait un stop dans son coeur mais pas comme s’il s’arrêtait son coeur, c’est comme s’il se remettait
à battre
à croire en quelque chose
à être nourri d’une nouvelle chaleur.
guerlain ne bouge pas parce qu’il a toujours appris à ne pas montrer ce qu’il vit. ses pieds bien ancrés dans le sol ne bouge pas et ses lèvres ne tremblent pas. wrath pourrait parler à un mur
que ça ne changerait pas.

repensez à cette offre que je vous propose. parce qu’elle n’est pas illimitée.

contrairement à votre bêtise, à l’évidence.

à l’intérieur il suinte guerlain il brûle d’une vie qui a l’air de se réveiller il y a quelque chose qu’on croyait mort qui se lève en lui. il peut presque imaginer
ses bras se tendre vers lui
pour une étreinte qu’on leur a enlevé.
mais il efface ces images ce n’est pas professionnel de penser à soi
(ce n’est pas non plus très sain, de ne croire qu’en la loi)

vos pactes sont la raison de notre rencontre. vous ne pensez quand même pas faire de moi une de vos nouvelles victimes ?

mais peut-être pourrez vous un peu me sauver
de tout ce mal
que je me fais



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 09/05/2017
Espèce : démon
Neutral

Mar 30 Mai - 20:15
#pacte
Wrath sourit. Le sarcasme se lit sur son visage alors qu’en fermant les yeux, il resserre les dents, visiblement énervé. Guerlain touchait les points sensibles et si son but était d’impatienter son interlocuteur, il y arrivait parfaitement. Peut-être attendait-il tout simplement que le démon ne se jette sur lui pour ensuite l’achever en prétextant de la pure défense. Wrath y a pensé et repensé, encore et encore en boucle, toutes les procédures possibles qui pourrait marcher en sa défaveur. Une réduction de peine, c’était déjà beaucoup mieux que la prison à vie en y repensant. Mais quelle idée saugrenue de se jeter dans la gueule du loup. La savonnette qui glisse, très peu pour lui.

Wrath aurait pu se jeter une bonne dizaine de fois sur lui, pourtant ses bras sans muscles face à l’homme striés en face de lui le convainc de ne pas faire le con. La fuite, oui, c’était la seule solution possible et envisageable. Pour ensuite vivre encore et toujours une vie d’errance, complètement passive, à se cacher tous les jours, une vie de fugitif. Non, Wrath n’est pas fait pour ça, il est fait pour se posticher sur un des toits de Paris, il n’est pas fait pour se cacher dans les catacombes et encore moins à rester cloîtrer dans une prison. Alors il laisse couler sur sa douce peau de camé les douces phrases acerbes du l’homme en face de lui pour éviter un quelconque tracas qu’il risquerait de regretter.

Alors il fait comme s’il n’avait pas entendu, niant. Préférant laisser sa rage de côté, parce qu’il rage à ce moment-là. Il suinte la rage par tous les pores. Il aime pas qu’on se foute de sa gueule, encore moins en face de lui, il déteste qu’on lui crache dessus. Car après tout, il n’y a que la vérité qui fâche autant. Et qui se connait mieux que lui-même après tout, il connait ses propres défauts, mais ça s’enflamme, ça veut s’extérioriser et ça sait que c’est mauvais, ça le sait oui, alors ça ronronne tel un moteur bouillonnant sous un soleil d’été en attendant le bon moment. Le bon moment pour lui sauter à la gorge afin lui faire regretter ses paroles, afin d’assouvir ses souffrances, parce qu’il voit bien qu’en face ça souffre, lui, Wrath ne verrait sans doute pas, mais ça sait au fond de ses entrailles qu’en face, ça bouillonne autant que lui.

« vos pactes sont la raison de notre rencontre. vous ne pensez quand même pas faire de moi une de vos nouvelles victimes ? »

Wrath prend cette phrase pour une perche, va-t-il laisser augmenter la pression du côté adverse, maintenant qu’il est déstabilisé ? Ou va-t-il foncer dans le tas sans faire de détour. Va-t-il tendre le bras pour attraper cette perche en plein vol ou la laisser filer entre ses doigts osseux ? Osera-t-il au moins ? Se sent-il prêt à tout déballer et à signer une nouvelle fois son entrée dans les enfers.

« Victime… C’est comme ça que vous voyez les gens à qui je viens en aide ? C’est comme ça que vous me voyez ? Comme un meurtrier ou un voleur ? Pourtant on vient me voir et je leur accorde la grâce, je leur accorde l’espoir, on vient me voir en pleurer en me promettant gloire et richesse. On m’accorde du crédit. J’assouvie leur désir comme je peux le faire, je suis une bonne âme qui ne cherche qu’à faire le bien autour de moi. Je ne suis peut-être pas un homme bien, mais j’accorde le crédit du maybe à tout le monde et si j’estime qu’ils méritent le bonheur, alors je le leur offre. Quel est le mal à faire ce que je fais. Je ne suis qu’un simple demis qui cherche à rendre les gens autour de moi plus heureux. Et d’ailleurs je vois en vous ce malheur qui vous ronge et je suis prêt à vous accorder le salut. Alors pourquoi ne pas accepter, hein Mister North. Pourquoi pas après tout. »

Bon samaritain va.

_________________
amour sur vous:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Samaël
» Entraînement magique [FLASHBACK avec Morrigan et Myrdhinn]
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-